Suivez-nous

Actualité

Abus sexuels: le bilan d’étape de l’Église de France

Pendant trois jours, les évêques de France se retrouvent pour une assemblée extraordinaire en ligne afin de se pencher sur la question de la lutte contre les agressions sexuelles. La question de la responsabilité y sera notamment débattue. Entretien avec Soeur Véronique Margron, présidente de la Conférence des Religieux et Religieuses de France, qui suit de près le dossier.

Entretien réalisé par Olivier Bonnel-Cité du Vatican

C’est une étape importante dans la lutte contre les abus sexuels commis dans l’Église en France. Ce lundi 22 février s’ouvre en effet une assemblée extraordinaire des évêques spécialement consacrée à ce thème douloureux. Jusqu’au 24, les responsables de l’Église de France se retrouvent en vidéoconférence pour échanger sur le travail déjà parcouru et les efforts encore à fournir pour lutter contre ce fléau. Cette réunion avait été souhaitée par le président de la Conférence des évêques, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, qui avait rappelé combien l’Église de France souhaitait «approfondir les questions théologiques liées à ces drames et leurs conséquences pastorales».

La question centrale de la responsabilité

Alors que la Ciase, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, présidée par Jean-Marc Sauvé devrait remettre son rapport à l’automne prochain,  cette réunion est pensée comme un temps de discernement où interviendront des responsables des cellules d’écoutes mises en place au sein des diocèses. Au coeur des débats sera posée la question délicate de la responsabilité, avec notamment l’éclairage d’une bibliste. Une question qui divise les évêques. La question également des réparations, très attendue par les victimes, sera également abordée. 

Si cette assemblée extraordinaire ne devrait pas déboucher sur des décisions concrètes -elles devraient être prises lors de la prochaine assemblée plénière de printemps prévue au mois d’avril- ce rendez-vous est un moment important pour faire un bilan d’étape sur cette question. Depuis dix-mois quatre groupe de travail planchent sur des thématiques différentes que sont la réparation due aux victimes, l’accompagnement des agresseurs sexuels, la prévention et le devoir de mémoire. 

Très engagée sur ce dossier des abus, la sœur dominicaine Véronique Margron présidente de la CORREF (la Conférence des Religieux et Religieuses de France) revient sur le travail accompli par l’Eglise française sur ce thème et ce qui reste encore à faire pour rendre justice aux victimes.

Entretien avec Soeur Véronique Margron

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA