Suivez-nous

Actualité

Davos : l’Église comme «actrice globale de la solidarité»

Après la pandémie et alors que la guerre fait rage en Ukraine, l’économie mondiale est confrontée à des crises sans précédent, jusqu’alors inimaginables. Les mots du Pape, « L’économie tue », ont caractérisé de nombreux débats du Forum économique mondial de Davos. Dans les débats du Forum « Objectif 17 » de Davos, auquel l’Église catholique a également participé, les intervenants ont prévenu que les nations se préoccupent de plus en plus de leurs propres intérêts.

Mario Galgano – Cité du Vatican

La participation des communautés religieuses au Forum économique mondial de Davos était une nouveauté.  Dans le cadre du «Sister Project», auquel ont participé des femmes religieuses, des discussions ont eu lieu pendant plusieurs jours avec des économistes et des hommes politiques. Marta Guglielmetti, directrice exécutive de l’alliance de solidarité « Global Solidarity Fund », a été l’une des initiatrices de la participation des femmes religieuses au Forum économique mondial. «Il est important et juste que ce soit précisément des femmes religieuses qui puissent rencontrer des personnalités de premier plan ici et leur parler des problèmes mondiaux» a-t-elle déclaré. Les représentants du monde des affaires ont beaucoup apprécié l’engagement de l’Église catholique en tant qu’«acteur mondial de la solidarité», comme l’a déclaré le PDG de la multinationale Unilever, Alan Jope, lors du forum « Objectif 17 », promettant un plus grand engagement en faveur de la solidarité mondiale. Il est important, selon M. Jope, que les multinationales et les grandes entreprises prennent leur part de responsabilité et s’engagent pour un monde meilleur. 

En collaboration avec l’association Conrad N. Fondation Hilton, une table ronde a été organisée mardi 24 mai à l’issue du Forum Goal 17. La question au centre de la discussion était de savoir à quel point les dirigeants devaient être «courageux» pour aider les personnes en marge de la société. Il y a environ un million de religieuses, de religieux et de prêtres qui s’engagent auprès des plus faibles dans le monde, a expliqué Mme Guglielmetti. Parmi les personnes dans le besoin figurent notamment les migrants, les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur du pays. Les aider signifie «incarner un leadership courageux, dont nous avons besoin pour le redressement mondial après la pandémie», a déclaré M. Guglielmetti. Entre-temps, les religieuses du « Sisters Project » ont quitté Davos, tandis que les discussions se poursuivront jusqu’à jeudi. 

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA