Suivez-nous

Actualité

Irlande du Nord: les évêques inquiets pour la cohésion sociale

L’impact du Brexit sur la cohésion sociale du pays suscite la vive préoccupation des évêques. Ils constatent une montée sensible des tensions et appellent les politiques à éviter toute surenchère verbale.

Dans une déclaration publiée hier soir à l’issue de leur assemblée plénière -qui se tient en ligne en raison des rmesures anti-Covid- les évêques observent que les tensions politiques et les problèmes économiques exacerbés par le Brexit ont des conséquences très négatives sur la cohésion sociale du territoire.

Ainsi en avril dernier, Belfast avait été le théâtre de violences entre unionistes et républicains jamais vues depuis les accords de paix de 1998. En cause: la création d’une frontière en mer d’Irlande et l’instauration de contrôles des marchandises circulant entre la province et la Grande-Bretagne. Ces restrictions commerciales post-Brexit ont réveillé chez les unionistes la crainte de voir leur pays abandonné par la Couronne britannique.

Puisque ce sont les personnes défavorisées qui souffrent le plus dans les moments de tension, peut-on lire dans le communiqué, les évêques appellent tous les responsables de la province britannique à éviter les «mots durs» et à agir plutôt par le dialogue pour offrir à tous une espérance d’avenir.

Aggravation de l’instabilité politique

Aux responsables politiques, les évêques demandent «d’être constructifs dans leur engagement lors des négociations des prochains jours et, en priorité, de mettre en œuvre leurs compétences et leur expérience pour maintenir le fonctionnement continu de l’Assemblée». Les évêques, ainsi que les autres Églises chrétiennes de l’île, «continueront à travailler pour le bien commun et à faciliter le traitement des questions passées et en suspens».

L’instabilité politique s’accroit de jour en jour en Irlande du Nord. Dernier exemple en date: ce jeudi, le chef de file du Parti unioniste démocrate nord-irlandais (DUP), Edwin Poots, a annoncé qu’il quittait son poste, trois semaines seulement après son entrée en fonction. Cette nouvelle intervient quelques heures après que 24 des 28 élus régionaux du DUP ont fait part de leur opposition au choix de Poots pour occuper le poste de Premier ministre.

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA