Suivez-nous

Actualité

La périphérie au centre – Vatican News

Plus de 80 000 œuvres, témoignages de peuples et de cultures du monde entier. Il s’agit du nouveau musée Anima Mundi, anciennement connu sous le nom de musée ethnologique des musées du Vatican. Un espace d’exposition aux portes ouvertes, sans barrières, qui renverse l’idée traditionnelle de musée et de conservation.

Paolo Ondarza – Cité du Vatican

De la désorientation à l’émerveillement, de la curiosité au désir d’apprendre des cultures et des traditions lointaines. C’est le parcours émotionnel de ceux qui, venus au Vatican pour admirer les chefs-d’œuvre de Raphaël et de Michel-Ange, entrent dans les nouveaux locaux du Musée ethnologique, désormais appelé Anima Mundi. Il ne s’agit pas d’un simple espace d’exposition, mais, dans un souci d’inclusion et de dialogue, d’un espace permettant de réunir, dans un signe de respect, des canons esthétiques non « européo-centrés ». Ici, l’art se conjugue au pluriel, dans une approche globale, universelle, catholique. C’est un musée dont le centre est la périphérie.

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Expo missionnaire, Vatican 1925

Le premier embryon de musée remonte à une donation d’œuvres précolombiennes il y a plus de trois cents ans, mais le véritable départ de la collection a été l’exposition universelle missionnaire très visitée organisée par Pie XI en 1925 au Vatican. À une époque où l’Europe était ravagée par le spectre du nationalisme, un million de personnes ont eu l’occasion d’admirer au Vatican plus de 100 000 objets provenant du monde entier, même de pays considérés comme préjudiciablement « sauvages » : c’était un puissant témoignage de l’Église aux portes ouvertes. Quarante mille de ces objets sont restés dans la Ville éternelle où, scellé par le motu proprio Quoniam tam praeclara du 12 novembre 1926, est né le Musée Ethnologique Missionnaire, initialement dirigé par le père verbiste Wilhalem Schmidt et hébergé dans le Palais du Latran, il a été transféré, sous Paul VI, dans les années 1970 aux Musées du Vatican.

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Les objets, ambassadeurs des peuples

Aujourd’hui, le musée Anima Mundi compte environ 80 000 objets et œuvres d’art provenant d’Afrique, des Amériques, d’Océanie, d’Australie, d’Asie, du monde islamique, ainsi que des civilisations préhistoriques et précolombiennes. Les objets, explique le père Nicola Mapelli, missionnaire du PIME et conservateur du musée Anima Mundi, sont des ambassadeurs culturels, ils parlent des peuples dont ils proviennent : de la Papouasie-Nouvelle-Guinée à l’Alaska, de l’Australie au désert du Sahara et à l’Asie. Dynamisme et vitalité caractérisent l’histoire des expositions. En fait, cet art n’est jamais mort et n’est pas statique : il continue à se nourrir aujourd’hui encore de sa relation avec les lieux et les peuples d’origine, avec leurs croyances et leurs visions de la vie. Il s’agit d’une collection inclusive, le manifeste et la voix des peuples dont les droits fondamentaux sont souvent menacés ou violés.

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Reconnexions

Le musée construit des ponts, il est un vecteur de comparaison, un instrument de protection de la dignité humaine, du patrimoine et de l’héritage de peuples éloignés de nous dans l’espace et le temps, mais qui partagent la même humanité et la même créativité. De ce sentiment, dans le respect des cultures et la sauvegarde de la valeur sémantique et symbolique dont chaque objet est porteur, naissent les « reconnexions » : le Père Mapelli se rend dans les pays d’origine des œuvres et rencontre les populations locales.  « Pour nous, il est important de confronter les peuples. Par exemple, pour mettre en place la section consacrée à l’Australie, la première ouverte au public à ce jour, nous nous sommes rendus dans les villages d’où proviennent les artefacts de notre collection, nous avons demandé aux Aborigènes le sens qu’ils attribuent à leurs créations et comment ils souhaitent les offrir à nos visiteurs. Et c’est ce que nous essayons de faire, dans la mesure du possible, pour chaque objet ».

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Cadeaux faits au Pape

La plupart des objets du musée Anima Mundi sont des cadeaux reçus par les papes au cours des siècles passés ou qui sont toujours arrivés au Vatican en tant qu’hommages de pays lointains. Certains d’entre eux ont été « rapatriés » : par exemple, une tsansa, une tête humaine de taille réduite, utilisée à des fins rituelles par la tribu amazonienne des Jivaro, récemment rapatriée des Musées du Vatican en Équateur.

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Histoires

Derrière chaque objet se cache une histoire : la rencontre émouvante du père Mapelli dans les territoires aborigènes, à cheval sur l’Australie et l’Indonésie, avec un descendant de l’auteur de l’un des poteaux sculptés et peints dans les îles Tiwi. « À l’âge de 80 ans, cette femme s’est souvenue de son grand-père qui, lorsqu’elle était enfant, la prenait sur ses genoux alors qu’il sculptait ces poteaux, en lui disant qu’il les fabriquait pour une personne très lointaine et très importante : c’était le pape ! Cette femme m’a serré dans ses bras parce que, d’une certaine manière, je lui rapportais son histoire et son grand-père ».

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Le masque et le panier

De l’archipel de la Terre de Feu en Patagonie nous vient l’histoire des masques rituels de l’île de Navarino envoyés à Rome dans les années 1920 par le père missionnaire Martin Gusinde. « Nous avons réussi à trouver le descendant de l’interprète du père Gusinde. La vieille femme, en signe de gratitude, m’a préparé un panier pendant que je lui rendais visite. Nous l’avons exposé ici, au Musée du Vatican, à côté du masque rituel de Navarino ».

Musées du Vatican

Musées du Vatican

L’envoi d’une statue du Vatican en Polynésie pour une exposition était également passionnant et évocateur. Au moment de partir pour Rome, un épais brouillard s’est abattu sur l’île : « les habitants l’ont attribué au salut mélancolique que leur terre rendait à la statue ». 

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Sans barrières

Anima Mundi est un lieu sans barrières. « Quiconque entre, a déclaré le pape François en inaugurant ses salles le 18 octobre 2019, doit sentir que dans cette maison il y a de la place pour lui aussi, pour son peuple, sa tradition, sa culture. Tous les peuples sont ici, à l’ombre de la coupole de Saint-Pierre, près du cœur de l’Église et du Pape ».

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Le laboratoire transparent

Les murs qui entourent les locaux encore provisoires du Laboratoire de restauration des matériaux polymères sont aussi transparents que les vitrines qui présentent les objets. Le futur espace permanent, une fois les travaux du musée terminés, permettra également aux visiteurs d’observer le travail des restaurateurs et de partager l’expérience de la conservation.

Conservation, recherche, dialogue

Depuis 20 ans que nous travaillons au musée, explique Stefania Pandozy, directrice du musée, nous avons changé notre approche de la restauration, passant d’une vision occidentale et eurocentrique à une vision post-coloniale. Nous avons compris la nécessité de l’éthique et de la responsabilité dans la conservation. Nous avions la conception de ce musée comme un coffre au trésor contenant des milliers d’objets de grande valeur, mais nous ne pouvions pas imaginer que nous avions affaire à des êtres vivants, à des civilisations vivantes, à des trésors principalement d’origine organique qui racontent la contemporanéité des communautés dont ils proviennent. Anima Mundi est véritablement un musée de la contemporanéité. Cette expérience nous permet de traiter une variété de matériaux indigènes provenant de toutes les cultures non européennes. En accord avec le Département, nous essayons d’impliquer les communautés d’origine dans les choix de conservation et d’exposition. La base de notre travail est un engagement constant de valorisation de la diversité, l’objectif étant de partager l’expérience de la conservation afin de favoriser la fonction éducative du laboratoire en tant que lieu de recherche et de dialogue. »

Musées du Vatican

Musées du Vatican

L’éthique de la restauration

Ce laboratoire unique est composé uniquement de femmes, chacune d’entre elles étant spécialisée dans différentes classes de matériaux. La comparaison et le partage d’informations au niveau international ont abouti à « Ethics and Practice of Conservation », le premier manuel au monde pour la conservation du patrimoine ethnographique et polymatériel, édité par le Laboratoire.

Stefania Pandozy poursuit : « Une éthique de la conservation est possible et peut être synthétisée dans une analyse attentive tant du contexte d’origine que de celui de « l’atterrissage » de l’objet ethnographique en dialogue avec les communautés indigènes contemporaines. Il s’agit d’un changement de paradigme qui pose des défis professionnels et humains à tous ceux qui travaillent dans le secteur culturel, conscients que notre société contemporaine, qui accorde trop peu d’attention au bien-être collectif, peut et doit devenir plus inclusive ».

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Confrontation internationale

« Notre rêve est d’ouvrir une école internationale au Vatican pour former les nouvelles générations de restaurateurs afin de préserver les connaissances et les techniques qui risquent autrement de se perdre ». L’engagement en faveur de cette nouvelle approche de la conservation est partagé par de nombreux laboratoires de restauration dans le monde. « Nous avons eu l’occasion d’expérimenter cette réalité, en allant même sur les lieux d’origine, comme dans le cas de la Portamessale de Christophe Colomb, qui est restée exposée au Palais des capitaines généraux de La Havane à Cuba en 2012. Ce fut une grande opportunité de confronter l’expérience et le professionnalisme des laboratoires de restauration du Gabinete de Conservaciòn y Restauraciòn de La Habana ».

«Partager la conservation»

Un exemple de « Conservation partagée » est le travail effectué par le Laboratoire en collaboration avec un expert ornithologue lors de la restauration d’une extraordinaire coiffe Mekeo, appartenant au peuple indigène de Papouasie-Nouvelle-Guinée, la plus ancienne du monde. La reconnaissance de l’espèce ornithologique et l’étude des plumes utilisées ont permis de collecter un échantillon standard, représentatif de toutes les couleurs de plumes trouvées dans la nature et représentées dans les collections du Musée. Cette précieuse collection a été utilisée pour lancer, en collaboration avec les laboratoires scientifiques des musées du Vatican, une expérience de pointe sur l’utilisation de la technologie laser pour le nettoyage des plumes.

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Durabilité

Dans une optique de durabilité, en synergie avec le laboratoire de diagnostic, de conservation et de restauration et les autres laboratoires de restauration des musées du Vatican, l’équipe du « Polimaterico » mène depuis des années des recherches sur les matériaux naturels et les produits biocompatibles, qui se sont avérés dans certains cas plus durables que les produits synthétiques.

Les entrepôts transparents

Le dépôt d’Anima Mundi est également un signe d’ouverture et d’accueil : une grande boîte transparente, climatisée et constamment surveillée, qui, au-dessus de l’espace d’exposition, abrite 98% de l’ensemble de la collection. Le projet global du Musée, qui ne comprend aujourd’hui que l’espace dédié à l’Australie et à l’Océanie, prévoit la mise en place des autres sections continentales : elles seront interconnectées, sans aucune délimitation de murs ou de barrières, traversées par la lumière naturelle, opportunément filtrée pour des raisons de conservation et provenant de grandes fenêtres. Il évoque les rayons du soleil qui traversent la végétation dense et luxuriante des forêts amazoniennes, éclairent les couleurs des prairies sioux et irradient et « réchauffent » le sable du désert.

Musées du Vatican

Musées du Vatican

Une beauté qui unit

«Comprendre que derrière une tunique sioux, il n’y a pas seulement un vêtement, mais la vie d’un peuple, les mains des femmes qui l’ont tissée, le rituel de purification, le son des tambours, la danse du Soleil, conclut le père Nicola Mapelli, c’est aller au-delà de ses propres connaissances, être en mouvement ». Cette attitude continue d’inspirer la vocation missionnaire et le présent du musée Anima Mundi, également à travers des expositions internationales mémorables : à Cuba en 2012 ; aux Émirats arabes unis en 2014, la première du genre organisée par les Musées du Vatican dans un pays islamique ; à Canberra en 2018, où, cas sans précédent, les Musées du Vatican ont collaboré avec deux autres institutions muséales – le Musée de la civilisation islamique de Sharjah et le Musée national d’Australie – à la réalisation d’une exposition commune sur l’art islamique, témoignage du dialogue et de la compréhension mutuelle entre les cultures et les religions ; en Chine, à Pékin, dans la Cité interdite, en 2019. Un engagement au nom de la beauté, une beauté différente, une beauté qui unit.

 

 

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA