Suivez-nous

Actualité

Le cardinal Pietro Parolin en visite à Marseille pour le vœu des échevins

Le Secrétaire d’État du Saint-Siège se rend pour la première fois dans la cité phocéenne vendredi 24 juin, solennité du Sacré-Cœur, afin d’y présider plusieurs célébrations liturgiques. Au cœur de son déplacement, la messe du vœu des échevins en la cathédrale de la Major, une tradition religieuse et populaire qui marque cette année son tricentenaire.

Delphine Allaire – Marseille, France

En présence du nonce apostolique en France, Mgr Celestino Migliore, et de l’archevêque de Marseille, Mgr Jean-Marc Aveline –élevé au rang de cardinal le 27 août prochain-, le Secrétaire d’État du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, célèbrera deux messes publiques vendredi 24 juin à Marseille.

La première aura lieu à 8h00 du matin en la cathédrale néo-byzantine de la Major. Il s’agira de la messe de renouvellement du vœu des échevins, en présence des officiels locaux –préfets, présidents de région et département, représentants de la Chambre et du Tribunal de Commerce.

La seconde messe célébrée par le Secrétaire d’État du Saint-Siège se tiendra, pour les fidèles marseillais, à 18h30 en la basilique du Sacré-Cœur, suivie d’une veillée de prière pour les vocations.

C’est la première fois que le cardinal et diplomate italien se rend dans la cité phocéenne. Il a effectué plusieurs déplacements en France, à Ars et Lourdes, Strasbourg, et entre la France et l’Italie, à Monaco à l’été 2021.

Aux origines du vœu des échevins phocéens

C’était le 4 juin 1722, deux ans après la grande épidémie de peste de 1720 qui décima la moitié de la population de la cité phocéenne. L’année du fléau, l’évêque de la ville la plus ancienne de France, Mgr de Belsunce consacrait le diocèse au Sacré-Cœur de Jésus, mais en 1722 les contagions se poursuivaient, poussant l’évêque à proposer aux échevins eux-mêmes, «un vœu stable au divin Cœur de notre Sauveur».

Ainsi le 4 juin 1722, le premier Échevin Moustier prononça solennellement la promesse dans la cathédrale Les échevins, édiles et notables marseillais, font depuis vœu d’assister à perpétuité à la messe le jour de la fête du Sacré-Cœur, troisième vendredi après la Pentecôte. Ils offrent aussi un imposant cierge de 7 kilos orné de l’écusson de Marseille.

 

Une tradition respectée jusqu’à la Révolution française, interrompue, puis reprise en 1807. En plein XIXe siècle industriel et financier, dans la Marseille des banquiers et barons, le président de la Chambre de Commerce décide que la perpétuation de ce vœu se ferait aussi avec le concours du Tribunal civil et du Tribunal du Commerce de la cité.

Depuis 1986, cette messe de renouvellement des vœux a lieu chaque année en présence des autorités en la basilique du Sacré-Cœur de Marseille. Pour le tricentenaire, elle est exceptionnellement déplacée en la cathédrale de la Major, proche de ladite Vieille Major édifiée au XIIe siècle, aux abords du Vieux et nouveau port de la ville, où le vœu fut originellement prononcé. 

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA