Suivez-nous

Actualité

L’éducation, grande victime de la pandémie de Covid-19

Selon un rapport publié ce mardi par la Banque mondiale, l’Unesco et l’Unicef, la pandémie de Covid-19 a de graves effets sur l’éducation des enfants, avec des répercussions économiques sur le long terme. Les pays les plus pauvres et les filles sont les plus touchés, et les inégalités préexistantes sont accentuées.

Il y a d’abord un chiffre qui donne le vertige : 17 000 milliards de dollars, soit 14 % du PIB mondial. C’est le montant des revenus qui risquent d’être perdus par la génération des étudiants d’aujourd’hui tout au long de la vie en valeur actuelle, selon les estimations de la Banque mondiale, de l’Unesco et de l’Unicef dans ce rapport produit dans le cadre de la mission «rétablir l’éducation en 2021» et qui présente trois priorités : ramener tous les enfants à l’école, récupérer les pertes d’apprentissage et préparer et soutenir les enseignants.

 

Principale cause de ces pertes : la fermeture des écoles liées à la pandémie de Covid-19. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire, la part des enfants affectés par la pauvreté des apprentissages passe de 53 % avant la pandémie à 70 %, l’enseignement à distance ne parvenant pas dans la grande majorité des cas à suppléer l’absence de cours en présence. Les mathématiques et la lecture sont les plus touchées.

Autre effet : l’exacerbation des inégalités dans l’éducation. Selon l’étude, les enfants issus de ménages à faible revenu, les enfants handicapés et les filles ont été moins susceptibles d’accéder à l’apprentissage à distance que leurs pairs, à cause du manque d’ordinateurs, d’électricité, de réseau internet et des discriminations et aux normes de genre. Les plus jeunes ont davantage pâti que leurs ainés de la fermeture de leurs établissements. Les filles en particulier ont perdu rapidement la protection que les écoles et l’apprentissage offrent à leur bien-être et à leurs chances dans la vie. Elles sont aussi plus exposées au travail des enfants, à la violence sexiste, au mariage précoce et à la grossesse

Pour remédier à cette situation, il faut que les États investissent davantage, or moins de 3 % des plans de relance des gouvernements ont été alloués à l’éducation. Pour le rapport, la réouverture des écoles doit rester une priorité absolue et urgente à l’échelle mondiale pour endiguer et inverser les pertes d’apprentissage. Les programmes doivent avoir pour but de consolider le programme d’enseignement, de prolonger le temps d’instruction, et d’améliorer l’efficacité de l’apprentissage.

 

 

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA