Suivez-nous

Actualité

Les papes et Charles de Foucauld

Le Pape François a confirmé lors d’un consistoire ordinaire public la future canonisation de sept bienheureux dont Charles de Foucauld. Sa figure a souvent été évoquée par les papes. De Paul VI à François, les souverains pontifes ont abordé en diverses occasions son exemple de vie et sa spiritualité.

Xavier Sartre – Cité du Vatican

Cinquante ans après la mort tragique de Charles de Foucauld dans le désert du Sahara, son souvenir et son influence perdurent au sein de l’Église, non seulement en Algérie, terre de son martyre, mais aussi à Rome. Paul VI, à l’occasion de cet anniversaire, écrit une lettre à Mgr Mercier, évêque de Laghouat, le 1er décembre 1966. Il y évoque «un mort solitaire» qui devint malgré tout «le père d’une nombreuse famille spirituelle particulièrement accordée aux besoins et aux aspirations du monde d’aujourd’hui».

Charles de Foucauld a su attirer de nombreuses personnes vers «le mystère de Nazareth» grâce à «sa foi ardente et généreuse», «son amour fervent pour Jésus», «son respect pour tous les hommes», note Paul VI. Citant le futur saint, il souligne qu’«à la croisée des chemins des Béatitudes, il nous enseigne que vivre l’Évangile demeure aujourd’hui comme hier, le secret du rayonnement de l’apôtre qui puise dans la prière à l'”unique Bien-Aimé” (A Mme de Bondy, Tamanrasset, 26 août 1905) la force d’être le témoin de l’invisible au cœur du monde.»

Jean-Paul II et les Petites soeurs de Jésus

En rencontrant le 27 septembre 1986 les Petites sœurs de Jésus, Jean-Paul II les encourage à se convertir, «à aller plus avant dans le mystère» de leur vocation spécifique, «faite de contemplation ardente du Seigneur Jésus et d’incarnation humble et cachée au milieu des plus accablés de nos frères». Il leur rappelle que frère Charles de Jésus leur a enseigné à se prosterner ou être assise à même le sol, le visage fixant la sainte réserve avec une foi ardent. «Cette adoration renouvelle votre cœur, vous donne en quelque sorte le cœur du Christ Jésus pour rencontrer, écouter, aimer les pauvres du Tiers monde et du Quart monde. L’adoration eucharistique est constitutive de votre apostolat» déclare le pape polonais à ces sœurs qui s’inspirent de la spiritualité de Charles de Foucauld.

Benoît XVI et la béatification de Charles de Foucauld

«Par sa vie contemplative et cachée à Nazareth, [Charles de Foucauld] a rencontré la vérité de l’humanité de Jésus, nous invitant à contempler le mystère de l’Incarnation; en ce lieu, il a appris beaucoup sur le Seigneur, qu’il voulait suivre avec humilité et pauvreté» déclare Benoît XVI à l’issue de la messe de béatification le 13 novembre 2005. Aux pèlerins présents à cette cérémonie il ajoute : «il a découvert que Jésus, venu nous rejoindre dans notre humanité, nous invite à la fraternité universelle, qu’il a vécue plus tard au Sahara, à l’amour dont le Christ nous a donné l’exemple. Comme prêtre, il a mis l’Eucharistie et l’Évangile au centre de son existence, les deux tables de la Parole et du Pain, source de la vie chrétienne et de la mission.»

Un peu plus tard, ce même jour, après la prière de l’angélus, Benoît XVI s’adresse tout particulièrement aux fidèles francophones en déclarant : «Charles de Foucauld, qui vient d’être béatifié, nous invite à suivre spirituellement le chemin de Nazareth et le silence qu’il vécut au désert. En effet, c’est de là, avec Marie, que nous pouvons découvrir le mystère du Christ, qui s’est fait humble et pauvre pour nous sauver, pour faire de nous des fils d’un même Père et des frères en humanité. Comme le Frère Charles, puisons dans le mystère eucharistique et dans la contemplation la force pour l’existence et pour le témoignage par lequel nous contribuons à l’évangélisation.»

Charles de Foucauld, inspirateur de Fratelli tutti

Plus récemment encore, le Pape François évoque Charles de Foucauld à la fin de sa dernière encyclique, Fratelli tutti, le décrivant comme une «personne à la foi profonde qui, grâce à son expérience intense de Dieu, a fait un cheminement de transformation jusqu’à se sentir le frère de tous les hommes et femmes». «Il a orienté le désir du don total de sa personne à Dieu vers l’identification avec les derniers, les abandonnés, au fond du désert africain. Il exprimait dans ce contexte son aspiration de sentir tout être humain comme un frère ou une sœur, et il demandait à un ami : «Priez Dieu pour que je sois vraiment le frère de toutes les âmes […]». Il voulait en définitive être « le frère universel ». Mais c’est seulement en s’identifiant avec les derniers qu’il est parvenu à devenir le frère de tous. Que Dieu inspire ce rêve à chacun d’entre nous.»

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA