Suivez-nous

Actualité

Mgr Aldo Cavalli nommé visiteur apostolique à Medjugorje

L’archevêque de Lecco, âgé de 75 ans, jusqu’à présent nonce apostolique aux Pays-Bas, succède à Medjugorje à Mgr Henryk Hoser, prélat polonais décédé en août dernier. Il s’agit d’une mission exclusivement pastorale, qui n’entre pas dans la question de la véracité ou non des apparitions mariales.

Le Pape François a nommé samedi 27 novembre Mgr Aldo Cavalli, jusqu’à présent nonce apostolique aux Pays-Bas et représentant permanent auprès de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, comme nouveau visiteur apostolique à caractère spécial pour la paroisse de Medjugorje, pour une période indéterminée et ad nutum Sanctae Sedis. Il succède à Mgr Henryk Hoser, décédé le 13 août à Varsovie à l’âge de 78 ans, et qui occupait ce poste depuis 2018.

Nonce sur trois continents

Mgr Cavalli a eu 75 ans le 18 octobre. Né à Muggianico di Lecco, en Lombardie, en 1946, dans une famille de boulangers, il a été ordonné prêtre à Bergame en 1971. Il a étudié à l’Académie pontificale ecclésiastique, entrant au service diplomatique du Saint-Siège en 1979. Nommé nonce apostolique, il a été consacré évêque en 1996, en tant qu’archevêque titulaire de Vibo Valentia. Il a dirigé les nonciatures de São Tomé et Príncipe (1996), d’Angola (1997), du Chili (2001), de Colombie (2007), de Libye et de Malte (2013), des Pays-Bas (2015) et a également été représentant permanent auprès de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, à partir de 2015. Le 15 mai dernier, il a été reçu en audience par le Pape François.

Une mission exclusivement pastorale

Le Bureau de presse du Saint-Siège avait précisé au moment de la nomination de Mgr Hoser que ce rôle de visiteur apostolique à Medjugorje est «exclusivement pastoral» et implique un accompagnement «stable et continu» de la communauté paroissiale de cette petite ville de Bosnie-Herzégovine et des nombreux fidèles qui s’y rendent en pèlerinage, «dont les besoins nécessitent une attention particulière». Un rôle pastoral, donc, qui n’entre pas dans la question des apparitions mariales que certains enfants disent avoir eues à partir du 24 juin 1981.

En mai 2019, le Pape François a autorisé les pèlerinages à Medjugorje, qui peuvent depuis lors être organisés officiellement par les diocèses et les paroisses, et non plus seulement sous forme privée.

Message de François aux jeunes

En août dernier, le Pape avait envoyé un message aux jeunes réunis pour le traditionnel Mladifest, la rencontre annuelle de prière à Medjugorje, les exhortant à avoir le courage de suivre Jésus: «Ayez le courage de vivre votre jeunesse en vous confiant au Seigneur et en partant avec Lui, avait-il écrit à cette occasion. Laissez-vous conquérir par son regard d’amour qui nous libère de la séduction des idoles, des fausses richesses qui promettent la vie mais apportent la mort. N’ayez pas peur d’accueillir la Parole du Christ et d’accepter son appel. Ne vous découragez pas comme le jeune homme riche de l’Évangile ; fixez plutôt votre regard sur Marie, le grand modèle de l’imitation du Christ, et confiez-vous à Celle qui, avec son « me voici », a répondu sans réserve à l’appel du Seigneur».

Rencontrer le Christ par Marie

Mgr Hoser, dans un entretien accordé à Vatican News, avait quant à lui déclaré que les pèlerins venaient à Medjugorje du monde entier «pour rencontrer le Christ et sa Mère». «La voie mariale, rappelait-il, est la plus sûre et la plus sûre» car elle mène à Jésus. À Medjugorje, les fidèles fréquentent assidument la messe, le sacrement de la confession, et l’adoration eucharistique, observait le visiteur apostolique polonais. Un véritable culte «christocentrique, vécu dans la proximité de la Vierge Marie, vénérée sous le vocable de « Reine de la Paix »».

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA