Suivez-nous

Actualité

Une première conférence européenne contre le trafic humain

Co-organisée par le « Groupe Sainte-Marthe » et la Conférence épiscopale allemande, elle rassemblera des experts de plusieurs pays les 8 et 9 février prochains à Cologne.

Les 8 et 9 février prochains, le Groupe Sainte-Marthe organise sa première conférence européenne contre le trafic humain et l’exploitation au travail. Intitulé «l’éradication de l’esclavage moderne, comment réussir ? Traite des êtres humains et exploitation du travail en Europe» cet évènement, organisé en partenariat avec la conférence épiscopale allemande réunira des experts de tout le continent, du monde de la police, judiciaire ainsi que des responsables religieux et membres d’ONG. En raison des restrictions sanitaires encore en vigueur, cette réunion se tiendra en ligne.

Parmi les participants figurent Catherine de Bolle, directrice d’Europol, Elisabeth Moiron-Braud, secrétaire-générale de la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains en France, sœur Alessandra Smerilli, sous-secrétaire ad interim du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral ou encore Diane Schmitt, coordinatrice de la lutte contre les trafics au sein de l’Union Européenne. 

Alliance mondiale de laïcs et religieux

Le Groupe Sainte-Marthe, présidé par le cardinal Vincent Nichols, l’archevêque de Westminster, est une alliance mondiale de responsables de polices, d’évêques et de communautés religieuses travaillant en collaboration avec la société civile dans la lutte contre le trafic d’êtres humains. Il prend le nom de la résidence où habite le Pape François au Vatican. C’est là que les membres fondateurs du réseau ont séjourné en 2014 avant de signer, en présence du Saint-Père, une déclaration historique. Le groupe compte actuellement des membres de plus de 30 pays. 

Depuis 2015, la date du 8 février correspond à la Journée internationale de prière et d’action contre la traite des personnes. Une date choisie par le Pape François en l’honneur de Sainte Joséphine Bakhita, une esclave soudanaise devenue religieuse après sa libération.

Vatican News

À lire !

A website by Spartacus Digital USA